Vous êtes ici

La Fibromyalgie: un mal bien réel


Souffrance : des douleurs musculaires diffuses et persistantes, une grande fatigue, un sommeil non réparateur ? Ce dont vous souffrez a un nom et ça se soigne !

La fibromyalgie (atteinte des muscles et des tendons),  est reconnue  par l'OMS (l’Organisation Mondiale de la Santé), l’académie Nationale de Médecine, le parlement Européen et la Haute Autorité de santé.

Des douleurs chroniques et rebelles
La fibromyalgie se caractérise par des douleurs musculaires qui prédominent à certains endroit du corps : le cou, les lombaires, les épaules, les genoux mais aussi les bras, les cuisses. « En général ce sont des douleurs baladeuses, parfois le patient se plaint d’avoir mal partout », explique Charley Cohen, Rhumatologue. «  Ces douleurs sont aggravées par l’humidité, les variations climatiques, les taches répétitives ou les mauvaises positions. 
A ces douleurs musculaires s’associent des sensations de brûlures, de décharges électriques, des crampes ainsi que des sensations anormales comme des picotements et engourdissement ou des fourmillements. »
Sans trace d’inflammation dans la prise de sang, la douleur musculaire est pourtant bel et bien réelle et altère la qualité de vie. Pour être certain qu’il s’agit d’une fibromyalgie, les douleurs doivent être installées depuis plus de 3 mois  et être associées à d’autres symptômes. Tout particulièrement la grande fatigue (dans 90 % des cas) ressentie dès le réveil, comme si le sommeil n’avait pas été réparateur. Des troubles de la concentration, de la mémoire, les maux de tête, un bruxisme (serrement ou grincement des dents), un syndrome du colon irritable complètent le tableau. 
La fibromyalgie ne sera confirmée qu’après avoir éliminé d’autres maladies responsables de douleurs chroniques notamment un rhumatisme inflammatoire, (spondylarthrite, polyarthrite rhumatoïde…), une carence en vitamine D, une maladie de Lyme après une piqure de tique ou encore une dépression parfois « masquée »... 

Un stress mal géré à l’origine
Souvent la fibromyalgie apparait à la suite d’un traumatisme physique ou psychologique. Un traumatisme cervical, une simple chute, une agression, une intervention chirurgicale mais aussi un deuil, un licenciement ou un harcèlement moral dans le cadre du travail peuvent déclencher la maladie. 
A l’occasion de ce traumatisme récent, il peut y avoir une réactivation des événements stressants anciens qui ressurgissent du passé (maltraitance ou négligence affective dans l’enfance). Le malade est souvent émotif, mais aussi combatif, passionné, dévoué, hyper actif voire perfectionniste mais avec un manque de confiance en soi ou un besoin de reconnaissance. « Pourtant le fibromyalgique n’est pas dépressif. C’est la douleur qui à la longue peut entrainer la dépression», précise notre expert. 

Des sujets plus sensibles que les autres 
Cet état douloureux toucherait 2 à 3% de la population. Il existe des fibromyalgie à tout âge, chez les enfants, les sujets âgés et les hommes. Mais dans 90 % des cas ce sont des femmes surtout entre 30 et 60 ans. « Elles sont plus sensibles au stress excessif, explique notre expert. Victimes d’un surmenage, elles doivent concilier vie familiale, tâches ménagères et stress professionnel. »
 « Les malades ont un seuil de tolérance à la douleur anormalement bas », révèle notre spécialiste. Que l’on peut expliquer par un dérèglement du fonctionnement cérébral notamment par la diminution de la sécrétion de sérotonine, neuromédiateur de la douleur et de l’humeur. Mais également parfois, avec une prédisposition familiale».

Une prise en charge précoce et globale
Elle associe deux types de traitements. Tout d’abord médicamenteux. A base d’antalgiques pour agir sur la douleur.  Mais également d’antidépresseurs à faible dose et d’antiépileptiques qui ont une action spécifique sur la douleur chronique. « Les injections locales superficielles d’un mélange d’anesthésiant, d’anti-inflammatoires au niveau des points douloureux sont efficaces pour détendre les muscles et soulager les tendons» propose Charley Cohen. 
Les méthodes non médicamenteuses quant à elle, associent massage doux, application de chaleur (pour un effet décontracturant musculaire), rééducation active par la kinésithérapie, soutien psychologique, relaxation (yoga, sophrologie…), traitement d’une mauvaise occlusion dentaire. 
Enfin le rétablissement du sommeil de qualité est capital  de préférence par des médecines douces comme la phytothérapie (valériane, passiflore) ou la prise de  magnésium, qui ont une action apaisante et déstressante. Adopter une bonne hygiène de vie : Pas de repas copieux le soir et d’excitants (café…), dormir sur un matelas confortable, s’accorder du temps pour ses loisirs et sa détente personnelle et pratiquer une activité physique régulière.

Encadré: Fibromyalgie et syndrome de fatigue chronique : 2 pathologies très proches
Dans la fibromyalgie la douleur prédomine alors que pour la fatigue chronique c’est la fatigue qui est épuisante. Le syndrome de fatigue chronique surviendrait à la suite d’un état grippal.  Le virus en cause qui n’a pas été identifié solliciterait alors de manière inappropriée le système immunitaire. 

Encadré: Des cures adaptées
Il existe aujourd’hui des cures thermales spécialement dédiées au traitement de la fibromyalgie. Pour un séjour de 3 semaines, une prise en charge partielle peut être envisagée par la sécurité sociale. 
En dehors de la rééducation active dans l’eau chaude, des massages relaxants, des enveloppements de boue chaude, la cure sera complétée de séances de relaxation, d’exercices physiques et d’un soutien psychologique.L 
Ces séances permettront au patient de reprendre confiance en eux et de modifier leur comportement en poursuivant chez eux  une activité physique régulière adaptée. 

Thermes de Luchon 05 61 94 52 52 
Thermes de Cambo-les-Bains 0 820 00 35 35
Thermes de Royat 04 73 29 51 51 
Thermes d’Evian 04 50 75 02 30
Thermes de Dax 05 58 90 52 00

Pour en savoir plus lire « La fibromyalgie, un état douloureux enfin reconnu et pris au sérieux » du Dr Charley Cohen, aux éditions J. Lyon  

Merci au docteur Charley Cohen, Rhumatologue, ancien assistant des hôpitaux de Paris.
(Sandrine Catalan-Massé)
Télé 2 semaines (programme du 20 septembre au 03 octobre 2014)