Vous êtes ici

Vitamine D : indispensable


La Vitamine D indispensable pour notre santé


Etude après étude, on découvre que les bienfaits de la vitamine D vont bien au-delà de la solidité de nos os. Elle a également des effets bénéfiques, « inattendus » sur la force musculaire et l'équilibre, un grand nombre de cancers, les défenses immunitaires, les maladies cardio-vasculaires, le psychisme, les performances intellectuelles ainsi que sur certaines douleurs musculaires chroniques : explications du docteur Charley Cohen, Rhumatologue, ancien interne des hôpitaux de Paris, ancien chef de clinique à la faculté de Médecine de Paris,
le Docteur Charley Cohen est également spécialiste en Médecine Physique, diplômé de Traumatologie du Sport, de Podologie et de réparation Juridique du Dommage Corporel.
Auteur de plusieurs livres et nombreux articles, il a enseigné et donné pendant plusieurs années des conférences à la faculté de Médecine de Paris.
Il vient de publier « LA VITAMINE D, INDISPENSABLE POUR VOTRE SANTE » aux Editions du Dauphin. Il a rédigé ce livre en collaboration de son fils Rudy Cohen, docteur en pharmacie.


Savez-vous pourquoi nous avons besoin de soleil ?

Savez-vous pourquoi la vitamine D dite 'vitamine du soleil’ est indispensable pour notre santé et notre moral ?
Et enfin que l'insuffisance en vitamine D concerne 2 Français sur 3 ?
Quelles sont les sources naturelles ?

Elle a deux origines. Le soleil, avant tout. Environ 90 % est fabriqué par la peau sous l'action des UVB. 15 à 30 mn d'exposition solaire du visage et des avant-bras en été, suffisent à assurer nos besoins quotidiens. À condition de ne pas utiliser d'écran total.
Pour autant, attention aux « coups de soleil » qui favorisent le vieillissement et les cancers de la peau ! La règle : modération et pas entre 12 et 16h.
Le reste nous est fourni par notre alimentation. En sachant que seuls quelques aliments en sont riches, surtout les poissons gras (hareng, saumon, sardine...).
Est-ce que l'insuffisance en vitamine D est fréquente ?
Oui. Globalement tous âges confondus, on estime que 2 français sur 3 sont concernés.
Le risque augmente en l'absence d'ensoleillement, en cas de peau noire ou foncée et de port de vêtements très couvrants. Les étudiants des écoles talmudiques sont d'ailleurs une population à risque, de même que les femmes voilées pour des raisons culturelles.


Comment la diagnostiquer ?


Une prise de sang sur prescription pour doser la 25 hydroxy vitamine D (D2 + D3) suffit. Son taux est revu à la hausse et ne doit pas être inférieur à 30 ng/ml.

Quel est tout d'abord l'action de la vitamine D sur notre organisme
Si l'on pense tout de suite prévention du rachitisme chez l'enfant et de l'ostéoporose avec parathyroïdisme secondaire pour les moins jeunes, cette vitamine ne sert pas qu'à absorber le calcium et à le fixer sur les os. Elle agit dans la plupart de nos cellules comme celles du muscle, du cerveau, de la prostate, du sein, du côlon, du coeur, de la peau... Elle joue même un rôle dans la modulation de notre immunité.


Quels sont ces principaux bienfaits ?



On sait qu'elle améliore la force musculaire et l'équilibre. Des recepteurs de la vitamine D ont éte identifiés dans les cellules musculaires, influençant leur taille et leur capacité à se contracter. Et, plusieurs études le confirment, avec 800 UI par jour, on diminue de 25% le risque de chutes chez les personnes âgées, donc de fractures (col du fémur...).

Elle protège d'un grand nombre de cancers.
Les populations des pays ensoleillés ont moins de cancers. Or qui dit soleil, dit vitamine D. De plus, en cas de cancer déclaré, elle augmente les chances de survie. Sur la base de ces constatations, il se trouve que la prise de vitamine D (à la dose de 1100 UI /J) et de calcium soit à même de réduire les risques — jusqu'à 60 % ! - d'avoir un cancer du côlon, du sein, de l'ovaire, de la prostate, du pancréas, du poumon, et même de la peau. « Ces résultats demandent confirmation. Mais, insiste le Dr Charley Cohen, il ne fait pas de doute qu'il existe une relation entre risque de cancer et vitamine D. En activant ou inhibant certains gènes, elle diminue la prolifération et favoriserait même l'élimination des cellules cancéreuses ».

Elle est anti-inflammatoire. Plus on s'éloigne de l'équateur, et de son soleil, plus le nombre de personnes atteintes de sclérose en plaques augmente. Des études ont montré que des taux bas de vitamine D étaient associés à l'aggravation et à la sévérité des poussées de rhumatismes inflammatoires (polyarthrite rhumatoïde et lupus) ainsi que des maladies inflammatoires digestives comme la maladie de Crohn.
Elle réduit les infections.
La vitamine D renforce nos défenses immunitaires. Des études ont observé qu'un statut vitaminique D élevé est associé à une fréquence moindre de grippe, d'infections respiratoires et de tuberculose. « Elle augmente la synthèse par les macrophages de peptides antimicrobiens, véritables antibiotiques autoproduits par notre organisme capables de détruire jusqu'au bacille tuberculeux » explique le Dr Charley Cohen. Dès lors, un apport suffisant en vitamine D est un bon traitement préventif de la grippe et autres infections hivernales.
Elle joue un rôle majeur chez le patient atteint du SIDA et pour limiter en cas de grossesse la transmission du VIH.

Elle diminue les maladies cardiovasculaires, ainsi que l'hypertension artérielle (même chez la femme enceinte) et le diabète insulino dépendant ou non. Elle combat la fibromyalgie. Douleurs musculaires diffuses, fatigue rebelle, troubles du sommeil... : ce syndrome touche plus de 2% de la population, majoritairement les femmes. Une carence en vitamine D amplifie la douleur chronique. Selon une étude ré
cente, il y a une corrélation entre taux bas de vitamine D et quantité de médicaments antalgiques prise. Elle protège les yeux de la DMLA et les dents de la parodontite. Elle limite la dépression notamment saisonnière...
Elle joue un rôle dans la prévention des maladies d'Alzheimer et de Parkinson.
 

Quels traitements adopter ?


En pratique la correction d'une insuffisance en vitamine D doit se faire en deux temps : d'abord un traitement d'attaque par l'administration à doses élevées en prises « espacées » d'ampoules de 100 000 Ul et parallèlement une dose d'entretien d'au moins 800 UI par jour.

Il n'y a pas de risque de surdosage sauf cas exceptionnel (Sarcoïdose).


Et en cas d'ostéoporose ?


L'insuffisance en vitamine D est bien sur un facteur de risque. La supplémentation quoti
dienne de 800 UI associee à I gramme de calcium permet de réduire d'environ 25% le risque de fracture du col du fémur. Il importe surtout de corriger une insuffisance en vitamine D avant la mise en route d'un traitement de fond qu'il s'agisse du traitement hormonal substitutif, du Raloxifène, des Bi
phosphonates ou du Ranélate de Strontium.
Ces traitements seront alors beaucoup plus efficaces.
Un Biphosphonate, l'Alendronate prescrit à un comprimé par semaine est actuellement associé à 5600 UI de vitamine D3.
Le but de l'ouvrage très illustré sur la vitamine D du Dr Charley Cohen est d'attirer l'attention en médecine de son dosage, de sa supplémentation et de mieux cerner les bienfaits de la « vitamine du soleil ».