Vous êtes ici

L’arthrose du genou


L’arthrose est une maladie due à l’usure du cartilage articulaire, qui évolue le plus souvent lentement avec possibilité de poussées inflammatoires.
La gonarthrose touche plus souvent les femmes que les hommes. Les symptômes sont la douleur mécanique, un gonflement, parfois une déformation du genou. Les radiographies confirment le diagnostic. Elle peut être : 

  • femoro-tibiale interne favorisé par un genu varum ;
  • femoro-tibiale externe favorisé par un genu valgum ; 
  • femoro patellaire favorisée par une subluxation externe de la rotule.

Elle est également favorisée par la surcharge pondérale, des antécédents traumatiques, une méniscectomie ou une chondrocalcinose articulaire.
Le traitement des poussées repose sur les anti-inflammatoires avec une protection gastrique, les antalgiques, au besoin une ponction infiltration d’anti-inflammatoire à base de cortisone ou une décharge par le port d’une canne, à tenir du côté le moins douloureux.
Le traitement de fond vise à éviter d’aggraver l’usure du cartilage et à retarder l’intervention chirurgicale. La perte de poids est essentielle, même que la pratique d’une activité physique régulière avec exercices spécifiques pour muscler de façon isométrique les quadriceps, au mieux initiés par un kinésithérapeute.
Enfin, les injections dans l’articulation d’acide hyaluronique associées aux injections locales superficielles d’un mélange d’anti-inflammatoire et d’anesthésiant au niveau des zones douloureuses à la palpation peuvent être très efficaces.

Traiter efficacement les douleurs permet d’améliorer la qualité de vie, de garder une activité physique.

La prothèse du genou qui permet de remplacer l’os et le cartilage usés, sera proposée le plus tard possible, lorsque l’arthrose sera devenue trop douloureuse et invalidante malgré le traitement bien conduit.
Avant l’intervention, une préparation est nécessaire : recherche d’un foyer infectieux notamment dentaire et urinaire, hygiène alimentaire, rééducation et programme d’exercices physiques, aménagement du lieu de vie.
Des complications sont possibles : phlébite qu’il faut prévenir, algodystrophie, douleurs ou raideur séquellaires… Mais dans la majorité des cas l’intervention sera bénéfique avec reprise des activités quotidiennes, professionnelles voire sportives (marche, natation, aquagym, vélo d’appartement, danse de salon…).