La goutte

La GOUTTE est due à une augmentation de l’acide urique dans le sang (hyperuricémie).
Elle a vu sa prévalence augmenter ces dernières décennies.
Elle est responsable d’arthrites aigues douloureuses et récidivantes par dépôt de cristaux d’acide urique surtout gros orteils, également chevilles, genoux, coudes, poignets…, de tendinites d’Achille aigües et de dépôts d’acide urique dans les tissus (tophus, manifestations rénales). Elle atteint plus souvent l’homme entre 40 et 50 ans.
Il faut la différentier de la chondrocalcinose articulaire qui atteint surtout les genoux chez les femmes âgées et de la spondylarthrite, surtout le rhumatisme psoriasique.

L’hyper uricémie est souvent associée aux facteurs de risque cardiovasculaire traditionnels : hypertension artérielle, diabète, obésité, hyper cholestérolémie à LDL.
Elle augmente habituellement chez les patients traités par les diurétiques comme le Furosémide (Lasilix®). Il importe d’évaluer le bon fonctionnement des reins car il y a un risque de calculs rénaux et d’atteinte de la fonction rénale.
L’hyper uricémie peut aussi être secondaire à une insuffisance rénale.

En cas de crise de goutte, le traitement symptomatique repose sur la colchicine. Le Colchimax® est souvent prescrit pour limiter le risque de diarrhée. Une injection locale superficielle d’un mélange d’anesthésiant, d’un anti-inflammatoire non stéroïdien et d’une faible dose de corticoïde peut aider. En cas d’intolérance à la colchicine, on peut utiliser un anti-inflammatoire non stéroïdien per os.
L'objectif thérapeutique du traitement de fond de la goutte est d'abaisser l'uricémie en dessous de 60 mg/I (360μmol/I).
Un traitement hypouricémiant est indiqué chez les patients ayant des crises articulaires de goutte répétées, des tophi ou des lésions radiographiques.

Le traitement de fond hypouricémiant repose sur l’allopurinol (Zyloric®) ou le féburoxat (Adénuric®).
Des réactions allergiques (toxidermie bulleuse) sont possible avec l’Allopurinol, surtout en présence du gène HLAB*5801 notamment chez les asiatiques.
L’Adénuric®, d’introduction plus récente, peut être prescrit en cas d’insuffisance rénale modérée mais est contre-indiqué en cas de cardiopathie ischémique ou d’insuffisance cardiaque.

Il est capital de débuter le traitement de fond hypouricémiant à distance de la crise aiguë, sous couvert d'un traitement préventif des crises de goutte aiguë en y associant la colchicine pendant les premiers mois de traitement.

Il existe un terrain génétique bien connu, mais l’alimentation peut aussi jouer un rôle aggravant.

 

CONSEILS DIÉTETIQUES EN CAS DE GOUTTE OU D'AUGMENTATION DE L'URICÉMIE



Interdire: Alcools forts (whisky, rhum, vodka), bière avec ou sans alcool riche en purines, sodas et jus de fruits… car riches en fructose, abats comme le foie et le ris de veau.

Limiter:  Viandes rouges, charcuteries, sauces riches en matières grasses, gibiers, aliments frits, industriels transformés, crustacés, certains poissons gras (anchois, maquereau, sardines, harengs, saumon, thon), œufs de poissons, champignons, asperges

Tolérer: Vins rouges ou blanc, café, thé

Encourager:

  • Perte de poids progressive si obésité
  • Activité physique régulière
  • Boire abondamment plus de 2 litres d’eau par jour
  • Produits laitiers allégés
  • A noter que la consommation de vitamine C (500mg/jour), des sources végétales d’acides gras oméga 3 et de cerises diminuerait le risque de goutte