Vous êtes ici

OSTÉOPOROSE ET MENOPAUSE

 

Définition
L’ostéoporose atteint tout particulièrement les femmes dans les années qui suivent la ménopause.
Il s’agit d’une maladie diffuse du squelette, très fréquente, associant une diminution de la masse osseuse et une altération de la microarchitecture, c'est à dire de la qualité osseuse.
L’ostéoporose est responsable d’une fragilité osseuse avec risque accru de fractures de vertèbres, les fameux "tassements" vertébraux responsables de douleurs et d’une diminution de la taille.
La fracture ou "tassement" vertébral peut être responsable de violentes douleurs lombaires ou dorsales d'apparition brutale, mais il existe également de nombreux tassements très peu douloureux.
L’ostéoporose fragilise également les os longs et occasionne des fractures
-du poignet qui peuvent survenir tôt vers la cinquantaine
-et surtout du col du fémur à un âge plus avancé.
 
 
L’ostéoporose apparaît plus ou moins rapidement et dépend de deux éléments : le capital osseux initial et la perte osseuse.
Le capital osseux se constitue progressivement avant 20-25 ans. Il est largement conditionné par les facteurs génétiques, ethniques. En effet, les femmes de race noire ont un capital osseux plus important que les femmes blanches ou asiatiques.
Il est également influencé, la vie durant, dès le jeune âge et l’adolescence, par l’exercice physique pratiqué, par la teneur en calcium  et en vitamine D des aliments absorbés ainsi que par l'exposition solaire.
Si le capital osseux est insuffisant à la fin de la croissance, on augmente le risque de voir survenir plus tard des tassements de vertèbres et autres fractures.
La perte osseuse, très lente et régulière à partir de l’âge de trente ans, s’accélère de façon nette chez la femme dès la ménopause, lorsqu’elle n’est pas traitée, en raison de la privation « naturelle » des hormones (mais dans des proportions variables d’une femme à l’autre).
Les estrogènes exercent, en effet, un rôle protecteur sur l’os.
 
 
On distingue schématiquement 2 types d’ostéoporose
1- L’ostéoporose post-ménopausique, en rapport avec la carence en hormones sexuelles, les estrogènes. 
Elle touche les femmes après la ménopause et prédispose aux tassements de vertèbres. 
La ménopause est un phénomène naturel, souvent mal vécu tant sur le plan physique que sur le plan psychique. Elle se manifeste aux alentours de la cinquantaine par un arrêt des règles et s’associe le plus souvent à des bouffées de chaleur.
Les estrogènes, qui ont un effet protecteur sur l’os, cessent d’être sécrétés par les ovaires. Il s’ensuit une accélération de la perte osseuse aboutissant à l’ostéoporose post-ménopausique. Pendant les années qui suivent la ménopause, les vertèbres deviennent moins denses, plus fragiles et peuvent se tasser spontanément ou à l’occasion d’un traumatisme minime.
 
 Mais la fracture de vertèbre est souvent cliniquement silencieuse et passe alors inaperçue. Pourtant, il est fondamental de l’identifier car la survenue d’une première fracture augmente le risque d’en faire d’autres : on parle de « cascade fracturaire ».
 
2- L’ostéoporose sénile liée à l’âge touche les hommes comme les femmes, après 70 ans. 
Elle est surtout responsable des fractures du col du fémur dont les conséquences peuvent être graves. 
 Une douleur lombaire basse chez un sujet âgé doit également faire rechercher une fissure du sacrum fragilisé par l’ostéoporose.